Les trois sagesses de la chine en relation avec la médecine traditionnelle chinoise

Le confucianisme

Ujisato_chenvatieuIRIS_2Pour mémoire, rappelons que le confucianisme est un courant de pensées à la base non religieux, une sorte de philosophie du savoir-vivre. Il promeut quatre principes de base :
–    Se gouverner soi-même (xiu shen). Il s’agit d’œuvrer à son propre perfectionnement et de pratiquer le bien ;
–    Bien tenir sa place (qi jia) dans la famille et avec ses proches ;
– Bien gouverner le pays (zhi guo), participer à l’organisation sociale ;
– Œuvrer à la pacification du monde (ping tian xia).
L’idée de base est que l’on doit d’abord apprendre à se connaître pour se gouverner soi-même, pour ensuite étendre cette capacité autour de soi. On retrouve d’ailleurs cette idée chez Rabelais .

Afin de pouvoir mettre en œuvre ces quatre grands principes, il va falloir cultiver certaines qualités : piété filiale (xiao, respect des Anciens), honnêteté (zhong, penser ce que l’on dit), fidélité à la parole (xin, faire ce que l’on dit), discernement (zhi, sens de la nuance), courage (yong, assumer ce qu’on dit ou ce qu’on fait, en accord avec sa conscience), politesse (li, rite, règles de bienséance), sens de la justice (yi, adhérer à ce qui semble juste, refuser ce qui semble injuste).

Pour pouvoir travailler à son propre perfectionnement, il existe deux directions :
– nourrir l’énergie, nourrir la vie, se couler dans le flot de la vie, être ouvert au monde (yang qi). Ceci mène à l’ouverture, la tolérance, etc.
– savoir céder en externe, cultiver une aptitude à l’acceptation et au pardon (ren rang). Un proverbe chinois dit : « Laisser sécher le crachat sans même l’essuyer ». Il s’agit ici de désamorcer les conflits pour préserver sa vie, sans endurer passivement les situations.

Ce mode de pensées peut apporter des réponses à des problèmes de la vie actuelle.

Signalons aussi que ce type de sagesse est le propre d’un certain nombre de « religions » qui donnent des conseils moraux, sans aborder la question de Dieu, du début et de la fin de vie.

En résumé, on pourrait dire que le confucianisme est une explication politique de la vie, une sorte de « code de la route » sans aspect spirituel ou religieux.

Laisser un commentaire